AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jamais, tu n'oublieras ton pays d'origine .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
• JE SUIS LE MAITRE DU MONDE! •

Féminin Messages : 175
Ø Date d'inscription : 30/08/2010
Ø Classe : 1ere classe
Ø Situation : Célibataire
Ø Nationalité : Anglaise


Passeport~
▬ RP's: Ouvert ✔
▬ Point membre:
75/1000  (75/1000)

MessageSujet: Jamais, tu n'oublieras ton pays d'origine .    Mar 7 Sep - 19:08


« Bonne traversée Mademoiselle . »

Novalee hocha la tête en signe de remerciement et s'engouffra dans le Titanic, le paquebot de rêve surnommé l'insubmersible. La jeune femme entra suivi de ses parents et de sa petite soeur. Un membre de l'équipage les dirigea vers leurs suites pour qu'ils puissent déposer tous leurs bagages. Les couloirs de la première classe étaient somptueux: de la moquette s'étendait tout le long du couloir, formant un tapis d'une longueur infinie. On sentait encore l'odeur de la peinture fraiche, personne n'avait encore dormi dans les draps, les suites étaient parfaites et offraient une vue sur la mer. Le couloir se remplissait peu à peu et la famille VonLambert se dirigeait vers leurs suites respectives. Novalee suivit sa petite soeur et entra dans leurs cabines. Elle était très spacieuse et comportait un salon, plusieurs chambres à coucher, une salle d'eau, un balcon qui donnait sur la mer et une autre pièce qui faisait office de bureau. Le salon était très spacieux: un canapé était installé face à une grande cheminée. Il y avait aussi une table de salon sur un tapis majestueux et un lustre acroché au plafond. Le luxe. Novalee avait toujours connu le luxe mais malgré tout, elle était quand même impressionnée par ce paquebot. La jeune Anglaise se perdit dans sa contemplation et entendit à peine les cheminées du Titanic indiquer le départ. Elle ne voulait pas le rater, ça non. Elle sortit rapidement de la chambre, sans dire mot à sa soeur et essaya dans bien que mal de se diriger vers la promenade des premières classes. Elle marchait d'un pas rapide et demanda son chemin à un membre de l'équipage ( une femme de chambre) qui lui indiqua son chemin. Novalee accéléra encore plus. Elle devait être mal vu par les autres personnes de la première classe mais elle s'en moquait: elle ne voulait pas rater le départ quitte à pousser une ou deux personnes qui se plaignaient de son manque de civisme. Les femmes étaient très bien habillées, leurs chapeaux sur la tête, accompagnant les hommes en haut de forme et en costume. Elles portaient de nombreux bijoux et de nombreux couples étaient accompagnés d'animaux de compagne. Cela en devenait un quotidien pour la jeune Novalee et sa petite sœur Katyleen. Elles vivaient dans ce monde, dans ce monde de luxe et d'argent. Elevées dans l'éducation la plus stricte possible, elles avaient rapidement compris qu'elles devaient tenir leur rang pour ne pas souiller le nom de famille VonLambert. Son père étant plutôt connu au Royaume-Uni, on parlait des deux jeunes filles comme étant déjà les héritières de la fortune de leur chère "père". La mère de Novalee n'ayant pas réussi à avoir un garçon, le père de famille n'avait d'espoir que pour ses deux jeunes filles. Et il savait très bien que une nouvelle vie commencerait en Amérique. Il compter bien fonder ce qu'il avait réussi à créer à Londres. Après tout, une fortune à New York n'est pas une fortune à Londres... Novalee ne voyait pas la différence.
Novalee trouva enfin la porte de sortir et l'ouvrit rapidement avant de se retrouver à la promenade des premières classes. Elle se dirigea lentement vers les barrières de protection et s'y appuya. Novalee ferma les yeux un moment puis les rouvrit : il y avait beaucoup de monde sur le quai. Tous les passagers de seconde et troisième classe étaient sur leurs promenades et disaient aurevoir à leurs amis, à leurs familles, à leurs amants, à leurs maîtresse. Certaines personnes comme le patriarche Vonlambert partait tenter leurs chances en Amériques, d'autres n'avaient pas le choix. Novalee observa le paysage. Pourquoi n'avait-elle personne à qui dire aurevoir ? Elle poussa un profond soupir alors que le paquebot commençait à se déplacer.
La jeune femme sentit un regard se poser sur elle. Elle se retourna et vit qu'un homme de première classe l'observait, son regard fixé sur elle comme si il avait vu un fantôme. La jeune femme se retourna et sentit toujours le regard de l'homme posé sur elle. Qu'avait-il donc cet homme à l'observer ? Il ne sait donc pas que c'est incorrect ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• monte à bord du Titanic •

Masculin Messages : 31
Ø Date d'inscription : 30/08/2010


MessageSujet: Re: Jamais, tu n'oublieras ton pays d'origine .    Mar 7 Sep - 20:09



Le RMS Titanic est un paquebot transatlantique britannique de la White Star Line, construit sous l'initiative de Joseph Bruce Ismay en 1907.Il a été conçu par l'architecte Thomas Andrews des chantiers navals Harland & Wolff.La construction débute en 1909 à Belfast et se termine en 1912. C'est le plus luxueux et le plus grand paquebot jamais construit actuellement.Il appartient à la classe Olympic avec ses deux sister-ships, l’Olympic et le Gigantic.Le Titanic est pourvu de seize compartiments étanches servant à protéger le navire d'avaries importantes.Les médias lui ont ainsi donné une réputation de navire fiable.Après avoir parcouru les 570 milles qui le sépare de Belfast, le Titanic arrive, peu avant minuit, au port de Southampton où six remorqueurs de la Red Funnel Line l'attendent.Le navire accoste le quai no 44.Pour accueillir les nouveaux navires, le port de la ville a dû subir de nombreux travaux.Durant l'escale les cheminées sont repeintes ainsi que le flanc bâbord de la coque.Une fois achevé, le Titanic a coûté 1,5 millions de livres.Le Titanic est long de 269 mètres, large de 28 mètres et haut de 53 mètres, de la quille aux cheminées. Son tonnage brut est d'environ 46 000 tjb, soit 1 000 de plus que l’Olympic.Il nécessite environ 885 membres d'équipage, et peut transporter 2 371 passagers répartis en trois classes Le paquebot transporte également du courrier.Les dix ponts du Titanic permettent de l'élever au rang de plus grand paquebot jamais construi.Sept de ses ponts (les ponts abritant des cabines destinées aux passagers) sont désignés par des lettres, de A à G (A étant en haut et G en bas). Au-dessus du pont A se trouve le pont des embarcations (ou pont supérieur).Le pont des ballasts sert de base au navire, ainsi qu'aux salles des chaudières et des machines qui s'étendent jusqu'aux ponts Orlop et G.Ces deux ponts comprennent également les cales et les réserves d'eau et de nourriture du navire.L'insubmersible, tel est son surnom celui que tout le monde lui donne et qu'on ne se permettrait pas de contredire.

9 avril 1912 Southampton

Un bar, un concours organisé et le prix ? Un billet pour le Titanic qui me ramène a New-York pour ensuite rejoindre ma ville Los Angeles.Je suis partis des Etats Unis depuis trois ans quand ma femme Hayden est morte.Nous vivions heureux depuis quatre longues années nous étions mariés, nous attendions même un enfant, un petit garçon, et quelques jours plus tard ma femme est tombée malade.Je suis resté avec elle pendant plus d'un mois à l'hôpital sans bouger de ma chaise et après un long mois on a appris que rien ne serais possible mais que si Hayden tenait encore quelques semaines notre enfant vivrait.C'était elle ou lui et ma femme à décider qu'elle préférait que notre fils ait une vie.Elle a tenu une semaine et demie de plus et nous avons appris que notre fils était lui aussi malade et qu'il ne pourrait pas vivre.J'ai tout perdu ce jour-là Hayden a dût accoucher et quand elle a vu l'enfant mort elle n'a pas résister et à baisser les bras me laissant seul.J'ai donc décidé de partir, de quitter ce pays et de faire tout mon possible pour ne plus penser à elle.J'ai réussi plutôt bien pendant un an mais maintenant j'ai envie de retrouver ma ville, ma vie et je tiens vraiment à la maison que nous avions.J'ai donc remporté le concours dans ce bar et me voilà sur le pont d'embarcation de ce Paquebot géant.Jamais je n'ai vu aussi grand navire, jamais il n'en a été construit d'aussi immense.Je parcours doucement le pont des promenades quand mon regard s'arrête sur une jeune femme plutôt petite, brune, des courbes parfaites, des yeux magnifiques.Hayden, ma femme est face à moi et je n'arrive pas à y croire.Je fixe mon regard sur elle et n'arrive pas à le détacher, c'est impossible, j'ai vu son corps sans vie, j'ai touché sa peau froide ça ne peut pas être elle.Je m'approche lentement de la jeune femme sans la quittée des yeux et lui demande alors d'une voix faible.


Hayden ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• JE SUIS LE MAITRE DU MONDE! •

Féminin Messages : 175
Ø Date d'inscription : 30/08/2010
Ø Classe : 1ere classe
Ø Situation : Célibataire
Ø Nationalité : Anglaise


Passeport~
▬ RP's: Ouvert ✔
▬ Point membre:
75/1000  (75/1000)

MessageSujet: Re: Jamais, tu n'oublieras ton pays d'origine .    Mar 7 Sep - 20:42

Novalee regardait le paysage tandis que le Titanic quittait lentement le port. Les gens commençaient à quitter les promenades des premières, secondes et troisièmes classes. Ils allaient découvrir leurs cabines: pour certaines personnes, c'était le luxe et la beauté d'une suite donnant sur la mer, pour d'autres, c'étaient une cabine très petite avec des lits superposés ( le strict minimum ). Il parait d'ailleurs que l'hygiène en troisième classe est très moyenne mais de toute façon, les premières classes ne se mêlent pas aux troisièmes classes. Novalee avait toujours été une fille assez superficielle et elle jugeait trop rapidement les gens selon leurs apparences, leurs classes sociales. Elle aimait le luxe, les bijoux, le maquillage et les belles robes de bal et de dîner. Elle aimait fumer une cigarette à table et écouter les hommes discuter avant d'aller prendre un brandy au fumoir. Elle aimait passer ses soirées, assise autour d'une table, entourée de toute la bonne société de Londres et discuter, s'amuser, danser. Novalee avait toujours eu plusieurs admirateurs à Londres et elle était la dernière des pestes. Elle parlait dans le dos de ses amies et faisait tout pour que les gens se souvienne d'elle. Elle avait d'ailleurs perdue sa confidente, son amie la plus proche à cause de cela et elle le regrettait amèrement. Mais le passé était le passé et de toute façon, elle quittait Londres pour New York. Novalee se retourna pour faire face à l'homme qui la regardait depuis tout à l'heure. Il était plutôt attirant mais faisait partie de la seconde classe, elle le remarquait à ses vêtements. Son visage était fin et il avait des traits harmonieux. Ses yeux marrons en amande reflétaient l'incompréhension et la stupéfaction et sa bouche était entre ouverte. On aurait du qu'il venait de voir un fantôme. Ce jeune homme était plutôt grand et malgré tout avait une certaine classe. Novalee se mordit la lèvre et elle entendit sortir de ses lèvres un prénom. Le prénom ' Hayden '. Novalee fronça les sourcils: il devait sûrement se tromper. Elle le regarda et ajouta :

« Pardon ? Vous devez vous tromper, je ne suis pas ...Hayden. Je suis Novalee VonLambert. »

Dieu que cet homme pouvait être étrange. En tout cas, avec cette tête, il faisait un peu peur à Novalee. Pourquoi la fixait-elle comme ça? La jeune femme essayait de se rappeller si elle l'avait déjà vu quelque part mais impossible de s'en souvenir. Elle attendit donc la réponse de James pour savoir ce qui se passait dans sa tête et pourquoi il fixait Novalee d'une telle manière. Et pourquoi n'arrivait-elle pas à savoir qui c'était ? La jeune Anglaise se remémora ses soirées à Londres, les rencontres qu'elle y avait fait. De toute façon, elle ne se saurait pas mêlée à une personne d'un rang inférieur à elle. Elle haussa un sourcil. Non. Décidément, elle n'arrivait pas à se souvenir si elle l'avait déjà vu ou pas. Peut-être qu'il connaissait sa petite soeur ? C'est impossible au sinôn, Katyleen en aurait parlée à Novalee étant donnée que les deux soeurs Vonlambert se disent tout. Pour en revenir à l'homme qui se tenait devant elle, Novalee en aurait bien profité si il n'était pas de la seconde classe. Eh oui, la miss Anglaise aime les hommes malgré le temps dans lequel elle vit. Elle en profite car elle sait que dès son arrivée à New York, ses parents vont essayer de lui trouver un prétendant digne du nom des VonLambert. Finalement, cette traversée ne va pas être si mal que cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• monte à bord du Titanic •

Masculin Messages : 31
Ø Date d'inscription : 30/08/2010


MessageSujet: Re: Jamais, tu n'oublieras ton pays d'origine .    Mer 8 Sep - 18:10

L'embarquement venait d'être effectuer, les répartitions dans les chambres du Titanic venaient d'être donnée et je viens même de découvrir le lieux où pendant deux jours je vais partager mon espace vital avec trois inconnus.Mais qu'importe les cabines ne sont pas si mal que ça, les lits on l'air confortable pour des secondes classes et surtout nous avons même le droit à un lavabo par chambre ce qui, je dois l'avouer est plutôt rare, pour nous permettre de ne pas trop sentir pendant le voyage j'imagine.Vu la classe de la seconde j'ose à peine imaginer le luxe et le prix des chambres des plus grands, des riches, nouveaux ou vieux.Quelque part cela me révulse tout cet argent dans un bateau alors que dans tous les pays des gens ont à peine de quoi nourrir leurs familles.Je n'ai jamais grandit dans le luxe même si je n'ai jamais manquer de rien ce n'était pas non plus la grande vie.J'avais une maison, une femme, un mariage assez coûteux certes mais qu'importe le superficiel dans tout ça puisque l'argent ne venait ni de moi ni de ma famille mais de celle d'Hayden.L'argent ne nous à jamais servis à grand chose nous vivions notre petite vie sans personne et nous n'avions pas besoin de la fortune de ses parents pour être heureux, être ensemble nous suffisait.Je crois que je n'aurais jamais accepter de vivre dans une maison complètement payée et entretenue par ma belle famille c'est pourquoi dés le début des construction j'ai demander à ce que les frais soient partagés et même si je n'avais qu'un maigre salaire nous nous en sommes sortis tous les deux.Comme quoi parfois l'amour peut faire faire des choses incroyable lorsqu'il est sincère et partagé.Je me souviens encore nos premiers pas dans cette maison, la sensation du sable fin et chaud le matin quand on se réveillaient et que nous passions quelques heures au bord de l'eau.Quoi qu'il en soit je sors de la chambre pour me rendre sur la promenade regarder les gens se dirent au revoir depuis le quai et je remarque une jeune femme d'une beauté remarquable qui me perturbe au plus haut point.Comment ce peut-il que ce soit ma femme morte il y a un an maintenant ? Je suis de nature curieux est-ce un défaut ? Je ne pense pas alors je prends mon courage à deux mains et me poste devant cette jeune femme qui m'annonce s'appeler Novalee.Mon sourire se dissipe légèrement et mon coeur cesse ses palpitations.Je tends alors ma main vers la jeune femme en me penchant vers elle.

Veuillez m'excuser mademoiselle je vous ait pris pour quelqu'un d'autre.

Lui tendant un sourire sincère je reste néanmoins perturber par sa beauté en reculant.De toute évidence ce n'est pas ma femme et pourtant elle lui ressemble tellement que je me demande même si je ne suis pas entrain de rêver.J'ai tant chercher dans chaque villes où j'allais de la retrouvée, de me réveiller et me rendre compte que tout cela n'est qu'une immense mascarade, un cauchemar duquel je dois immédiatement me réveillé.Mais rien ne change, les jours passent et j'ai beau hurlé de douleur et de détresse ma chère et tendre ne reviens pas et elle ne reviendra jamais je le sais même si j'en ai envie plus que tout au monde.J'ai l'impression que mon monde c'est soudainement écroulé du jour au lendemain quand elle est partie et je crois que jamais je ne me remettrais de sa perte.Elle était et restera la femme de ma vie, la seule que j'ai jamais aimée et avec qui je voulais finir ma vie, vieillir, avoir des enfants, mourir à ses côtés.J'aurais perdu la vie si j'avais pût la sauvée mais non rien n'a changer j'aurais pût faire n'importe quoi le virus me l'a arrachée et jamais je m'en relèverais.Il m'arrive de temps en temps de me retourner dans la rue en ayant l'impression de sentir son parfum, de voir son visage, d'entendre son rire mais lorsque je me retourne je m'aperçois que c'est ma tête qui me joue des tours et que rien n'est réel, sauf sa mort, elle ne reviendra pas et je dois me l'avouer.Un an, une année à ne penser qu'à elle chaque jours, chaque heures de ma vie, je ne peux pas l'oubliée mais je lui ait promis de refaire ma vie et même si je ne compte pas tenir cette promesse je dois au moins tenter de faire quelque chose et ne pas prendre peur dés que je m'attache à quelqu'un de crainte de le perdre.Je n'accorde que difficilement ma confiance et quand je le fait je ne la reprends plus peut importe ce qu'on me fait, je suis toujours présent pour mes amis.Je pose mon regard dans celui de Novalee et me redresse et avant de me retourner je dis souriant.

Encore désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• JE SUIS LE MAITRE DU MONDE! •

Féminin Messages : 175
Ø Date d'inscription : 30/08/2010
Ø Classe : 1ere classe
Ø Situation : Célibataire
Ø Nationalité : Anglaise


Passeport~
▬ RP's: Ouvert ✔
▬ Point membre:
75/1000  (75/1000)

MessageSujet: Re: Jamais, tu n'oublieras ton pays d'origine .    Mer 8 Sep - 18:56

La jeune femme avait toujours vécu dans le luxe. Depuis sa tendre enfance, depuis sa naissance même. Elle était née un beau jour de juin alors que le soleil était à son zénith. Rien que sa chambre de petite fille était équivalent à un immense salon. En effet, elle avait un magnifique berceau en bois gravé à son nom et de nombreuses peluches et robes de petites filles dans son armoir. Une vraie petite princesse. Louise, la femme de chambre, était déjà arrivée au sein de la famille VonLambert et c'était elle qui avait éduquée Novalee, pas la mère VonLambert. C'est d'ailleurs pour cela que la jeune Anglaise à des bases de Français, sa femme de chambre étant d'origine Française. Elle savait notamment dire ' je t'aime' en français, son mot préféré. Novalee adorait sa femme de chambre, elle était comme une seconde mère pour elle. Elle l'écoutait lorsqu'elle avait des problèmes, elle pouvait compter sur elle lorsqu'elle devait mentir à ses parents, elle la couvrait lorsqu'elle sortait en douce.. Bref une seconde mère mais surtout une meilleure amie pendant de nombreuses années. Cela fait maintenant plus de deux que Novalee à complètement changée de caractère et que Louise est passée du statut de meilleure amie à celui de ' je suis une femme de chambre et je ne fais rien d'autres, je ne me mêle de rien, je suis invisible '. Novalee avait changée depuis ses deux dernières années: elle était devenue plus mature, elle sortait beaucoup lorsqu'elle était encore à Londres. Pour en revenir à la conversation qui se passait, la jeune femme ne savait pas vraiment quoi dire tandis que l'homme qui lui avait adressé la parole il y a deux secondes et qui maintenant tends la main vers elle puis se rétracte lorsqu'elle lui apprends qui elle est. Décidément, il est vraiment étrange. Par la suite James va s'excuser auprès de Novalee et lui avoue qu'il s'est trompé de personne. Novalee hoche la tête et un sourire naît sur son visage angélique.

« Ce n'est rien. »

Décidément, il était de plus en plus bizarre. D'un coté, il faisait un peu peur à Novalee mais d'un autre, il y avait quelque chose chez cet homme qui l'attirait. Sûrement le mystère de ne pas savoir ou il voulait réellement en venir. Novalee était de nature très curieuse et cela lui avait déjà jouée des tours: en effet, elle avait déjà fouillée lorsqu'elle était enfant dans le bureau de son père. Or, ce dernier l'avait surpris et la jeune Novalee avait reçu plusieurs tapes. Elle s'en souvient encore aujourd'hui, son père étant dans une colère noir. Il y a aussi la fois ou son ami Matthew Shoomacker ne lui avait pas dit la vérité à propos d'une jeune Irlandaise qui venait de s'installer à Londres. Novalee avait voulu en savoir plus et elle avait posée de nombreuses questions à cette Irlandaise. Ce qu'elle a appris, elle aurait préféré ne pas le savoir. En attendant, James était toujours près d'elle et s'excusa encore une fois tandis qu'elle haussa un sourcil et ajouta sur le même ton que le jeune homme:

« Ne vous tracassez pas. Ce n'est rien du tout. Mais à qui ai-je l'honneur ? »

Novalee se demandait bien à qui elle avait affaire. En effet, elle n'aimait pas ne pas connaître les gens et puis, plus on a de relations, mieux c'est. Une personne est toujours bon à prendre. Ca Novalee l'a comprit et le sais. C'est pourquoi elle est si intéressée par l'identité du jeune homme qui la regarde d'une manière un peu plus triste que tout à l'heure. Peut-être vient-il de se rendre compte de quelque chose, Novalee n'en sait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• monte à bord du Titanic •

Masculin Messages : 31
Ø Date d'inscription : 30/08/2010


MessageSujet: Re: Jamais, tu n'oublieras ton pays d'origine .    Lun 20 Sep - 14:55


Je viens d'une famille plutôt modeste même si on à jamais manquer de rien dans notre belle vie une fois mes parents décédés j'ai été trimballer d'orphelinat en orphelinat et j'avoue que là ce n'était pas très facile les familles d'accueil ne me gardaient pas très longtemps, l'orphelinat était en quelque sorte mon seul refuge et même là-bas, parfois, il m'arrivais d'être malheureux.Quand j'ai pût prendre mon émancipation un tout autre monde c'est ouvert à moi et j'ai enfin compris qu'ici bas tout ce qui compte c'est l'argent.Les riches sont heureux et les pauvres doivent combler le manque des gens de bonnes famille.Le respect est devenu quelque chose de rare à notre époque nous sommes traités encore plus mal que des animaux domestiques, nous les simples humains près à tout pour gagner un peu d'argent même à cirer les pompes du plus odieux et vil personnage.Quand on a pas le choix on prends le métier qui vient et qui s'offre à vous on ne choisit pas forcément.Heureusement pour moi le patron du restaurant où je travaillais venait lui-même des quartiers pauvres et nous traitait avec autant de respect que si nous faisions partie de sa propre famille ce qui est très rare.L'argent ne fait pas le bonheur j'ai vécut toute ma vie heureux avec le moins d'argent en poche possible et croyez-moi je ne m'en suis porter que bien mieux.Je ne suis pas intéressé par l'or, l'argent, les bijoux, le liquide et tout ce qui s'en suit tant que j'ai de quoi nourrir et un toit au dessus de ma tête le reste m'importe peu.Mon regard se pose de nouveau sur la belle Novalee qui me perturbe toujours autant que lorsque je l'ai vue pour la première fois il y a quelques minutes.Comment ne pas comparer son visage à celui de celle que j'ai aimée ? Elle accepta mes excuses et me gratifia même d'un sourire sur ses lèvres fines ce qui ne fit qu'agrandir le mien.

Cette femme ne peux pas être Hayden et je le sait parfaitement seulement pendant un millième de seconde j'ai eut envie d'y croire mais de tout évidence la réalité revient vite nous rattraper même quand on ne demande que de rêver pendant quelques secondes de pur bonheur.Novalee ne peut pas être ma femme c'est sûr car cette dernière détestait autant que moi ce qui brille, les robes de soirées, les bijoux énormes et lourds, enfin bref tout le contraire de cette femme pourtant si magnifique et attirante.Il y a quelque chose chez elle de différent d'Hayden et qui pourtant m'attire irrémédiablement sans que je puisse l'expliquer.Parfois j'essaie d'imaginer comment serait ma vie, notre vie si notre enfant avait vu le jour et si elle n'avait pas péris dans cette maladie.Je m'imagine vivre à ses côtés toujours aussi heureux et amoureux, fonder une famille avoir d'autres enfants et vivre pour l'éternité.Mais bien sûr tout cela n'est qu'un rêve et subitement je me réveille et croyez-moi c'est violent quand on pense qu'un bonheur si intense soit réel et que soudain on s'aperçoit que tout c'est effondrer en un instant.La jeune femme me dit à nouveau de ne pas m'en faire et me demande qui je suis.Je m'incline légèrement vers elle et tends ma main sur laquelle elle pose la sienne.J'y dépose un léger baiser et me redresse toujours souriant.

Excusez-moi, je suis James Norrington.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Jamais, tu n'oublieras ton pays d'origine .    

Revenir en haut Aller en bas
 

Jamais, tu n'oublieras ton pays d'origine .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R.M.S Titanic :: « promenades »-